Art - letterature, musique, peinture

clock May 18, 2014 10:06 by author Dabrowskiiej-D














In the middle ages and renaissance

clock May 15, 2014 19:47 by author Marco

The Silk Road, or Silk Route, is a series of trade and cultural transmission routes that were central to cultural interaction through regions of the Asian continent connecting the West and East by linking traders, merchants, pilgrims, monks, soldiers, nomads and urban dwellers from China to the Mediterranean Sea during various periods of time.
Fine fabrics, precious stones, spices, carpets travelled long distances from East to West.


Religious subjects – Madonnas- were painted with rich and beautiful clothes and jewels

Piero della Francesca


Have a go…

Iacopo da Cione


Paolo Veneziano


: Kings, Queens and Princesses become examples in portraits


Queen Elisabeth I


Not only for women……


Henry VIII                                      A nobleman


Italian and Flemish painting in the Fifteenth Century: an exemple of “métisage”

Flemish painting:
The subjects are small portraits with narrative painting:
-great attention to details(tapestries, illuminated manuscripts, stained glass and sculptures)
-animals (pet or symbolic animals )were often portrayed
-landscapes were often relegated to the background


innovations introduced in the North that were adopted in Italy included the setting of figures in domestic interiors and the viewing of an interior from multiple vantage points through openings such as doors or windows: compare the previous paintings with San Gerolamo nel suo studio by Antonello da Messina

Authors and Languages

clock May 10, 2014 09:55 by author caffarra


 As far as human memory goes, the interaction and communication between different cultures has always been problematic and it represents one of humanity’s hardest challenges. To understand this concept we studied the life and some of the writings of three particular writers that have been chosen because they are emblematic for the “fusion” of different cultures and language structures, which also means different ways of thinking and seeing the world. These writers are Conrad, Ghosh and Rushdie.

These authors are able to adapt to changes that may occur when you change country. All of them make this situation a privilege that is reflected in their works.

Joseph Conrad


Joseph Conrad ( born Józef Teodor Konrad KorzeniowskiBerdichevImperial Russia, 3 December 1857 – 3 August 1924, Bishopsbourne, Kent, England) was a Polish author who wrote in English after settling in England.Joseph Conrad becomes a teacher of English literature, writing in a language not his own, learned when he was already an adult.Conrad wrote novels and short stories where he represented the struggle of the human spirit in an indifferent universe, with an original prose in English literature, which introduces a kind of non-English tragic sensibility.


His works are written in English, but a particular kind of English, significantly influenced by the fact it was his third language. His writing style is pretty dark and filled with mystery, as we can see in “Heart of Darkness”.


Conrad’s style is descriptive.


When I read an excerpt from “Heart of Darkness”, I understood very little of what was written. It seemed the author wanted to help the reader enrich his culture prompting him to look up the meaning of those incomprehensible words written in the text.



Amitav Ghosh



Ghosh was born in Calcutta from an upper middle class family, so he could attend a prestigious school and he also wrote for an Indian newspaper. At the moment he lives in New York. In his works he uses a very peculiar English. It’s a sort of mix between English and Indian. In fact if we read his books we have to stop many times and try to get what a particular word means. But keeping reading it, as for every peculiar language, you start to get it, exactly as dialects here in Italy.

Initially the reader could be confused, but then he can recognize that some words are repeated many times and he starts to understand Indian words.

His way of writing as well as for the other 2 writers was very special because mingled their mother tongue, a second language learned later, this process is also called pidgin.

His language is able to break the monotony created by a totally correct language.


Salman Rushdie


-          The success of Midnight’s Children made Rushdie the voice of Indians writing  in English, promoting fellow writers and editing the volume Indian Writing in English.

-          Midnight’s Children is at once a fascinating family saga and an astonishing evocation of a vast land and its people, a brilliant incarnation of the universal human comedy.

-          Salman Rushdie was born to a wealthy Muslim family in Mumbai on June 19, 1947, a few months before India and Pakistan got independence from England. He is a classic example of migrant, a man who, in his own words, comes from too many places, whose roots branch out in different lands and languages. So hybridity, migration, acceptance, racism become recurring motifs not only of his fiction, but also of his troubled life story and his poetry.

-          After reading “Midnight’s Children” I can say that Rushdie is a fake Indian; I say this because I think he is able to write better than an Englishman




Every year in the world disappear around 25 languages and there are about 2.500 that are threatened with extinction in a short time. Actually, in the last 500 years we have lost half of the languages spoken today, around 7000. But the most worrying thing is the speed at which they disappear. Even for Italian future is not good: it is thought that by 2050 our vocabulary, consisting of about 270.000 words, will be reduced by half. Among the lost languages we remember the Bo, spoken in the Andaman Islands and Cromarty, a Scottish dialect inspired by the Bible. Under a special surveillance is Romansh, a Friulian language spoken by about 6000 people. Despite all these languages have disappeared, others have been born, like the language spoken in Jamaica, which is a creole language. And various pidgin languages like the Spanglish (a mix of English and Spanish spoken by Hispanic immigrants in the United States. Another example of pidgin is the so-called Textese, the language of mobile phones (a mixture of letters, numbers and symbols).

Scholars claim that the only languages that will survive are Chinese, Spanish and English.


Pidgin languages

When groups of people speaking different languages come together and intermix, a common improvised second language, called a pidgin, occasionally develops. It allows speakers of two or more non-intelligible native languages to communicate with each other. Subsequently, such a language can replace the settlers’ original language and become the first language of their descendants. Such languages are called creoles. The difference between pidgins and creoles is that people grow up speaking creoles as their first language, whereas nobody speaks pidgin as their first language. There is no single accepted theory that explains the genesis of creole languages. If a pidgin survives, and the next generation of speakers learns it as their first language or if it becomes a stable lingua franca, it becomes  creole.

Pidgin is a language derived from a mixture of populations of different languages​​, come into contact as a result of migration, colonization and trade relations. There are several elements that contribute to the emergence of a pidgin: contacts, regular and long period of time, between two different linguistic communities; the need for communication between members of the two communities; the absence of an "international" language differently, that is used for exchanges between the two communities; a pidgin can then develop into a creole language when a generation of parents will pass, as a native language, knowledge of pidgin to their children. The transformation of pidgin into creole languages​​, however, is quite rare: it is more frequent the case they  return gradually to die out in the languages ​​of origin, or to remain in any case not very common.


Pidgin languages fascinate me: these days I’m listening to some South African music, I’m reading some Spanglish metal lyrics and listening to some reggae music from Jamaica. I admire the process of evolution of these languages and the deep meaning they have according to their culture. I think this is the right method to link different languages and improve tolerance.


In my opinion, writing in a language that is not mine is very difficult because you can never learn a foreign language perfectly unless a person is not born in that foreign place. In fact, when you are a child any language you learn is a mother tongue but if you are an adult it’s almost impossible to perceive the foreign language perfectly.


Are we going towards a new ur-language? A pre-Babel condition? And what about the birth of new creole languages?

But the presence of many languages is not seen negatively by everybody: according to Erri de Luca, the Tower of Babel is a gift, not a punishment because,  thanks to linguistic diversity, men, who were then concentrated in one single place and, as a consequence, more vulnerable, started to spread all over the earth’s surface. This saved humanity from extinction. But, surely, it’s never been easy to understand each other, and even less to translate.

Some outstanding linguists like Jakobson and Steiner believe and hope that, sooner or later, the man will return to a single common language, the Ur-Sprache; on one side the joy of understanding each other and on the other side the loss of different shades you have in cultural heterogeinity, on one side the awareness of unity, on the other side the contentment coming from the exploration of new worlds, different cultures, suggestions and faraway emotions. 


Visite d'un lieu de vie - Cerlande (D.Lannoy)

clock March 24, 2014 20:18 by author Gembloux-D

 « Métissage et Révélation »                   



Vivre autrement que nous !             


Visite le vendredi 4 Octobre 2013 au Monastère Saint André de Clerlande à Ottignies Louvain la Neuve

Les classes de 1ère et 2ème différencié sont accueillies par  Grégoire, Emmanuel et Mathieu

Notre objectif ; Découvrir un autre lieu de vie, celui d’une communauté religieuse de moines bénédictins.

Nous visitons la Grande chapelle et découvrons l’écriture d’une Icône avec la Croix de Clerlande   

La Chapelle du St Sacrement  et son jardin ZEN  et pour terminer, la Chapelle carré ou se teint chaque  semaine, le chapitre des moines. 

Nous participons à la célébration de la fête de la saint André et nous réalisons le pain d’autel 


Nous partageons le repas avec Matthieu Emmanuel et Grégoire,pour ensuite poser toutes les questions pour comprendre comment vivent-ils leur vie de moine  en communauté ?

Nous terminons par une rapide visite à l’atelier des icônes…


Nous nous promettons de les inviter chez nous pour leur présenter Notre lieu de vie, à Gembloux, notre école et ce que nous avons déjà réalisé dans le cadre de nos projets européens sur le Métissage et la différence.


Bienvenue le 3 décembre au collège où nous leur avons préparé une belle visite de notre école.



Jardin Zen au collegelight.jpg (62.63 kb)

visite des moines en classe light.jpg (2.65 mb)

accueil moines au collège light.jpg (2.65 mb)

clerlande atelier des icônes light.jpg (2.67 mb)

Art et Métissage (D.Lannoy)

clock December 5, 2013 20:26 by author Gembloux-D

Art et Métissage.

Notre héritage n’est précédé d’ancien testament.   René Char.

Ce qui importe, ce n’est pas tant le paysage, mais le regard.  Aussi, devrait-il y avoir des écoles au regard.   Mais regarder s’apprend-il ?     Julos Beaucarne.

Nombreuses grandes personnalités, scientifiques, artistes, musiciens et écrivains, ont laissé, dans chaque pays européen, des traces précieuses de leur génie, de leur sensibilité et de l’esprit de leur époque.



C’est ici que le métissage commence….

La suite dans le document suivant)

Art_et_Metissage.docx (123,43 kb)

Comment: “La petite fille de Monsieur Linh”

clock June 8, 2013 10:36 by author The Raccoons

Comment: “La petite fille de Monsieur Linh” – Philippe Claudel

“La petite fille de Monsieur Linh” is a novel that affected me because of the deep meaning that the village, destroyed by the war, has for the protagonist. That village in particular, with its habits and customs, whose memory has always remained alive for him , is the place where he was born and grew up, where he had a family and also a grand-daughter. After the destruction of the village and the death of all the people who were at the side of Mr. Linh, the deep suffering turned him into a “fool a bit romantic”: once he sets off  in search of a new life, the only object that he takes with him as a souvenir of his village is a doll. He is aware that what remains of his past life, just as a memory, is only a doll, but he cares of it as if it was a sweet little girl (the same thing is for the other memories he carries inside, his past and his dears).

Obviously, a similar misfortune has never happened to me, but not only wars leave these deep wounds. Every person in this world, more or less, has memories of which they feels nostalgic , which may be places or times elapsed,  loved ones, any kind. Personally, I identified with the character: like him I’m feeling nostalgic, like him I have a wound that I will take with me for a long time, like him I’ve become crazy in the romantic sense of the term, and I have a few objects, but many memories that are everything for me. Just as Mr. Linh, I’m trying a new way of life and, luckily, I have a great friend who helps me.

The idea that I have about this book is that it doesn’t point to anything in particular, but it made me think a lot and I think it’s simply a book to recommend to anyone who is looking for something to think about, possibly making himself a participant in a similar novel within himself. The reading is nice but is not recommended to those who are looking for a novel rich in events.

Andrea Luxardo – 4^A Elettronica

Sortie en immersion linguistique ( Pascale Truyëns)

clock May 28, 2013 20:54 by author Gembloux-D


(Excursion proposée dans le cadre du projet COMENIUS 2012-2014)


Comment s'appuyer sur la diversité culturelle pour se sentir plus complet et plus ouvert ? Nous avons tenté de répondre à cette question avec les élèves de la 2D lors d'une journée particulière en dehors de nos murs et du manuel « TANDEM » ! L'activité du jour a pris la forme d'un jeu de piste. Nous nous sommes donné rendez-vous à la gare de Gembloux mais les élèves ne savaient pas encore exactement où ils allaient se rendre...

Louvain-la-Neuve ou Leuven ?? Une énigme à résoudre les a mis sur la bonne voie... Au cours de la journée, les élèves ont pu découvrir 18 fiches didactiques : celles-ci les menaient d'un lieu à un autre puis d'une ville à une autre. Que ce soit pour dialoguer autour d'une statue, donner du sens à une fresque ou questionner des passants en français et en néerlandais, toutes ces tâches ont demandé aux élèves une adaptation rapide dans des situations variées. L'objectif de cette excursion était de montrer que l'on peut passer d'un registre linguistique à un autre, découvrir plusieurs identités linguistiques complémentaires, chacune étant ancrée dans une culture.

L'objectif était de prendre la peine d'aller vers les autres afin que le choc culturel n'ait pas lieu d'être. Ils ont pris la peine de lire et compléter les fiches, ont tenté de résoudre des devinettes, ont questionné des promeneurs pour obtenir des réponses à leurs nombreuses questions, demandé leur chemin, ... En bref, ils ont pu découvrir le néerlandais autrement. Une belle journée (ensoleillée!)...

Pascale Truyëns et Virginie Latour

Tricot Thé (Dominique Lannoy)

clock May 28, 2013 18:27 by author Gembloux-D

« Déconstruisons les stéréotypes liés à l’âge et au genre »

Avec l’asbl Atoutage nous avons participé à un projet intergénérationnel à LLN. Le projet était de créer des bandes de tricot de toutes les tailles.

Le « tricot urbain » est une sorte de ‘graffiti de tricot’ : un moyen d’expression alternatif aux graffiti classiques pour égayer l’espace public (bancs, statues, poteaux, ...) tout en respectant l’environnement (puisque les tricots peuvent être retirés). Le tricot est connoté ‘femmes âgées’ : déconstruisons les stéréotypes liés à l’âge et au genre... Le graffiti est connoté ‘jeunes à problèmes’ : changeons le regard de chacun sur la jeunesse ! Le tricot est constitué de mailles : beau symbole pour la solidarité entre les générations.

Les bandes furent installées dans le bois de Lauzelle à Louvain-la-Neuve du 8 au 20 novembre lors du Festival du film Intergénérationnel.

Nos étudiants ont assistés à une projection de film durant le festival. Deux films différents et adaptés à nos publics. « Gran Torino » avec Clint Eastwood pour les plus jeunes du secondaire et « Venir d’ailleurs, vieillir ici » suivi de « Dans la force de l’âge » films se rapportant au métier d’assistants aux personnes âgées en maison de retraite pour les sections aide sociale.

Pour les plus jeunes du primaire.

Yvonne Gruselle (grand-mère tricoteuse) propose la mise en scène d’une pièce dont elle est l’auteur.

Elle raconte les souvenirs d’une autre époque ceux d’une grand –mère à sa petite fille.

Plusieurs classes (maternelles et primaires) pourront intervenir dans le projet et ainsi vivre l’intégration.


Et oui au collège de Gembloux, on utilise la valeur positive du "croisement" comme moteur de progrès et de changements.

Au plaisir de vous rencontrer bientôt au collège pour enrichir nos horizons communs. !


Dominique Lannoy Professeur d’Arts plastiques.


Les mythes et légendes ( Gisèle Bourgoin)

clock May 27, 2013 21:44 by author Gembloux-D

  Ce qui nous rassemble...


1 Les éléments

2 Les symboles

3 La symbolique des nombres


La doctrine des 4 éléments a été développée par les anciens grecs mais on en trouve des traces chez presque tous les peuples de la planète.
Chacun de ces éléments symbolise un état de la matière :
-L'élément FEU représente l'état ionisé.
-L'élément TERRE représente l'état solide
-L'élément AIR représente l'état gazeux
-L'élément EAU représente l'état liquide


Le Feu:


"Du ciel ou de la terre, sacré ou domestique, de dieu ou de l'enfer." Le feu est l'élément primordial, est l'expression du bien ou du mal.

Le feu est création, naissance, commencement, lumière originelle, joie, élément divin ou divinisé par l'homme. L'homme plongé dans les mystères de la nuit, se réjouit lorsque ses yeux s'ouvrent à la lumière du jour, éclairés par les feux du soleil. Mais le feu est aussi destructeur, puisqu'il brûle tout. Cette ambivalence fut très vite perçue par nos ancêtre, qui firent alors du feu une représentation et un symbole du bien et du mal.

Origine du mot:
Le latin "ignis" , feu, ce qui est inné, pur, fut employé par les traduction de la bible et les médecin pour traduire le grec pur," pyros" que l'on retrouve aujourd'hui dans "Pyrotechnie ou pyromanie". Ignis est encore présente dans la langue française, dans " ignifugé, initiation ou inné" Cependant le mot feu provient du latin classique "focus" (foyer ou brûle le feu) qui donnera "foc", puis "fou" et dans la deuxième moitié du premier millénaire donnera "feu"

Les dieux du feu:
Vulcain-Héphaïstos, dans la mythologie grecque.
Gibil, pour les Mésopotamiens.
Moloch, celui des Cananéens et Carthaginois
Atar, pour la Perce mazdéenne
Agni pour l'Inde
Vesta déesse Grecque du feu domestique (Les Vestales en étaient les gardiennes)

Planètes associées: Mars - Soleil

Astrologie associée: Bélier, Lion, Sagittaire.

La Terre:


"Nourricière, sauvage ou cultivée" La terre est un élément vital qui donne tout et le reprend. "Tout vient de la terre et tout retourne à la terre"

La Terre c'est le nom que nous avons donné à notre planète, en y substituant un T majuscule pour la différencier du nom de l’élément primordial sur lequel nous marchons, nous reposons et qui nous nourrit. Car la terre est d'abord nourricière. le grand jardin de la Terre avant d'être cultivé, nous offrait l'abondance de ses fruits. Mais nos ancêtre s'avaient mieux que nous qu'il faut donner à la terre autant qu'elle nous donne, et que l'on ne peut séparer la terre de la Terre, la matière de l'astre. C'est ainsi que dans leur esprit, la matière et l'astre se confondaient dans l'image d'une divinité unique, une déesse mère, qui, bien qu'elle revêtit des apparences multiples selon les croyances, les cultures et les civilisations, fut toujours et partout identique.

Origine du mot: Du latin "terra"

Les dieux de la terre: Gaia, dans la mythologie grecque.
Geb et Aker en Egypte
P'an-kou, en chine.
Tantôt, Laksmi, Kâli ou Bhûmi en Inde.
Itzam Cag, pour les Mayas.
Tlaltecuehtli, pour les Aztéques

Planètes associées: Mercure -Saturne

Astrologie associée: Taureau, Vierge, Capricorne.

L'Air :


Nous vivons grâce à l'air que nous respirons. C'est ce qui rend celui-ci vital et fatal à la fois, magique et ambigu.

C'est l'instant précis qui donne la vie, celui de la première respiration complète (inspiration-expiration) de l'enfant qui vient de naître. Ce rythme de vie est aussi un rythme de mort. En effet, le souffle qui qui permet à l'enfant de vivre libre, détaché de son cordon ombilical en utilisant son système respiratoire repose sur un mouvement binaire constant. Prendre son souffle, c'est vivre. Rendre son souffle c'est mourir (Rendre l'âme). L'âme et le souffle ont toujours été intimement liès. Mais le souffle n'est pas l'âme; c'est son véhicule. Tous deux sont impalpables et invisibles.

Origine du mot: Du grec "aèr"

Planètes associées: Vénus - Jupiter.

Astrologie associée: Gémeaux, balance, verseau.



"De la source au ruisseau à la rivière, de la rivière au fleuve, du fleuve à la mer, de la mer à l'océan, de l'océan au ciel, du ciel à la terre." L'eau est le cycle de vie.

Le cycle de l'eau nous renvoie au mythe de l'éternel retour et au principe des vases communicants qui favorisent la régénération. L'eau tombe du ciel, grâce à l'évaporation des océans. Si l'eau de pluie ne tombait pas du ciel, il n'y aurait pas de ruisseau, rivière et fleuve. La terre ne serait ni féconde, ni fertile, mais sèche et stérile. En cela elle est bien source de vie. L'eau est l'élément de l'abnégation, du perpétuel "être pour les autres". Symbole de fertilité, de bénédiction, de purification (baptême), de sagesse et de vie spirituelle.

Les dieux de l'eau:
Poseidon, dans la mythologie grecque.

Origine du mot: Du latin "aqua"

Planètes associées: Lune - Terre.

Astrologie associée: Cancer, Scorpion, Poisson.


Système à 5 éléments chinois:

L'Eau, donne naissance au Bois, mais détruit le Feu, qui donne naissance à la Terre, et détruit le


Le Cercle:


Le cercle, le centre (ou l'axe) et la roue forme un ensemble qui fait tourner le monde. Ces grands principes de la physique furent des symboles universels primordiaux, voire vitaux pour nos ancêtres.

Pour l'homme de l'antiquité le Ciel avait pour symbole le cercle, et la Terre le carré. Il était alors logique que le carré de la terre soit contenu à l'intérieur du cercle ou la sphère céleste. Le carré de la terre se trouvait au milieu du cercle du ciel, et tout deux avaient un centre commun. De là ils en tirèrent la conclusion que tout devait converger vers le centre. Le chef du clan ou de la tribu eut donc tôt fait de ce placer au centre... On peut penser que c'est en suivant ce cheminement que l'homme découvrit la roue, mais était-ce vraiment une découverte? Non, il s'agissait simplement d'une habile mise en application pratique et utilitaire du symbole vivant du cercle. Mais delà ils se posèrent la question, mais qui fait tourner notre roue sur son axe? Car ils avaient compris qu'il était nécessaire qu'elle ait une poussée, une traction pour tourner. Ca ne pouvait être qu'une intelligence suprême et une main divine. Pour les Bouddhistes par exemple, Bouddha est surnommé "Chakvati"ou "celui qui fait tourner la roue". Vivre, mourir, renaître tel est le principe de cette roue de fortune, de cette roue du destin ou de la chance dont les rayons sont semblables à ceux du soleil.


La Spirale:


Symbole du mouvement permanent de la vie et de l'impermanence des choses. La spirale figure la vie éternelle ou l'accomplissement de soi.

La spirale résulte d'un phénomène naturel. En schématisant, on peut dire que la spirale se résume à un symbole d'évolution. Toutefois cette évolution peut être positive si la spirale est centrifuge, qui part du centre vers l'extérieur, ou négative si la spirale est centripète, qui part de l'extérieur vers le centre. En cela la spirale est bien en analogie avec toute la symbolique se rapportant au cercle, mais aussi au labyrinthe. Ainsi lorsqu'au paléolithique supérieur (35000 à 9500 avant JC) les hommes sculptaient des femmes avec sur le ventre une spirale ou une vulve en forme de spirale, ils représentaient le symbole de la fécondité et de la vie. La spirale évoque donc le cercle et le centre, mais du fait qu'elle sort du cercle de la vie, elle révèle un mouvement qui va au-delà du monde visible vers le monde invisible. Ainsi dans l'esprit de nos ancêtres, la vie et la mort ou la vie au-delà de la vie, finirent par former un tout relevant d'un même processus, idéalement symbolisé par la spirale.


La Croix:


La croix symbolise l'union du Ciel et de la Terre, l'arbre de vie, le lieu sacré où fusione l'espace et le temps. C'est l'un des symboles les plus beaux et les plus anciens.

Avant de devenir le signe de reconnaissance des chrétiens, puis leur symbole (Jésus mort sur la croix), la croix fut sans doute l'un des premiers symboles magiques et mystiques universels utilisés par les hommes pour représenter une orientation dans l'espace. Les 4 point cardinaux, le ciel, l'enfer et le bien et le mal, les 4 saisons, les 4 éléments, la croisée des chemins. En la plaçant à l'intérieur du cercle il a créer la roue, d'ou le point de rencontre et le centre, l'axe de tout. Chez l'homme, le centre est figuré par le coeur, le Soleil du corps, la source de vie. C'est aussi un point de rencontre un carrefour et dans ce sens un symbole de destinée.

Les croix antiques:

- Ankh, la croix ansée des égyptiens, en forme de T avec boucle au-dessus. La boucle était l'emblème du soleil, source de vie.
- Svastika, la croix gammée. en forme de + avec des barres aux extrémités.C'était une croix porte bonheur, avant que les Nazi en fassent leur emblème. Le Svastica est un symbole universel que l'on retrouve en Egypte, en Grèce, en Chine et en Europe.
- La croix de Saint André, en forme de X comme celle sur laquelle fut supplicié le premier apôtre de Jésus.
- La croix de saint Pierre, en forme de croix en T la barre verticale vers le bas, comme celle ou il fut crucifié la tête en bas.


Le labyrinthe


A l'instar du cercle, de la croix et de la spirale, avec lesquels d'ailleurs il présente de nombreuses analogies, le labyrinthe est un symbole universel.

Présent au 4 coins du globe, dans toutes les cultures et civilisations, on le retrouve surtout en Grèce et ce depuis 5000 ans avant JC. En Italie, chez les indiens, chez les Incas, en Egypte, en Asie, en Syrie, en Afrique, au Tibet... Bref de partout dans le monde. Le labyrinthe est le symbole de la vie spirituelle, il est un parcours initiatique. On y rentre ou plus exactement on y est plongé, dans le but d'y trouver, d'y comprendre, à nous de faire le nécessaire pour en trouver la sortie qui sera l'entrée vers l'autre monde.





3 La Symbolique des nombres:

Le mot symbole vient du grec "sumbolon" qui signifie "signe", marque. Les symboles interviennent aussi dans l'étude des mystères, de la langue mystique, des sacrements, des objets de culte, des cérémonies religieuses, des textes sacrés. Nombre de signes sacrés se rencontrent partout dans le monde, dont la signification est parfois difficile à comprendre.
Les nombres n'ont pas de pouvoirs en eux-mêmes, ils ne sont que l'émanation de lois naturelles et l'application de ces lois.
Souvent même issus de superstitions, à l'origine "superstitio" qui signifiait " Se tenir au dessus, dominer, surmonter, survivre".





Le Un:




C'est le premier des nombres. Avant lui: le néant. Après lui: toute la série des nombres. Il est l'origine, le créateur: tout nombre se déduit du précédent en ajoutant 1. Le 1 rassemble et unifie
Un est l'essence primordiale, l'unique, l'indifférencié, le symbole du Dieu des religions monothéistes, la racine de toutes choses
UN est dans TOUT et TOUT est dans UN
Le cercle qui n'a ni commencement ni fin est la figure symbolique du UN. Le cercle et son centre, un point, le 'centre du monde', le lieu de focalisation qui unifie toutes les parties et les rend égalitaires, depuis lequel est perçue la globalité. Le rond, la sphère, la graine, le nid symbolisent l'unité, l'éternité.
Sans le Un la terre n'aurait pas sa tranquillité ni le ciel sa sérénité.' (Lao Tseu)







Le Deux:




Le dédoublement du UN, sa duplication, lui et son image créent le DEUX, la dualité, la différenciation.
Effectivement d'emblée le 2 fait allusion au duo, au couple, à l'union, au double, qui n'est d'autre que soi même. La dualité caractérise ce qui est double, non ce qui est opposé.
Ainsi la lumière est séparée des ténèbres, les Eaux d'en Haut des Eaux d'en Bas, le Thaï-Ghi-Tu ou symbole du Yin et du Yang, les deux pôles entre lesquels va s'écouler l'énergie créatrice, le dynamisme de la multiplication.
Les alchimistes représentaient ce passage du UN au DEUX par le double carré, le rectangle de côtés 1:2, carré long argenté ou rectangle de la genèse.






Le Trois:




Le nombre TROIS (3=2+1), symbolisé par le triangle équilatéral, première figure à s'inscrire dans un cercle, est la conscience de la dualité, symbole du temps et de l'espace.
Il réalise l'unité de la trinité que l'on retrouve dans le Père, Fils et St Esprit ou encore dans Brahma, Vishnou, Shiva.
Premier des nombres impairs (UN est unique, en dehors), il est nécessaire à la création.
Trois dimensions créent l'espace, et avec ce nombre commence la série des zomes.






Le Quatre:




Les figures du carré et de la croix sont les 2 plus belles et fidèles représentation du nombre 4. Mais celui-ci est aussi un symbole du destin et du libre arbitre.
Avec le QUATRE la création s'est manifestée dans la matière. QUATRE est le symbole du stable, de la terre dans de nombreuses civilisations. Mais aussi le symbole du destin et du libre arbitre.
Le carré dans le plan (4 côtés, 4 sommets) ou bien le tétraèdre dans l'espace (4 sommets, 4 faces triangulaires) représentent bien ce nombre.
Ou encore les quatre directions auxquelles l'être humain se repère aisément, le QUATRE comme structure mentale (les 4 vents, la bande des 4,...).





Le Cinq:


La matière inerte, le monde minéral s'organise en structures cristallines avec des symétries et des rythmes où se reconnaissent les nombres 3, 4 ou 6 mais jamais 5. Au contraire ce nombre apparaît en abondance dans la vie organique, depuis les premiers organismes marins jusque dans les doigts de nos mains, les orteils de nos pieds et nos sens. Et dans le monde végétal où nombreuses sont les familles de plantes avec des fleurs présentant leurs 5 pétales et leurs étamines rayonnant en une figure régulière.
Le nombre CINQ est donc associé aux phénomènes biologiques.
Important en Occident depuis l'école de Pythagore, cinq est un nombre fondamental dans des civilisations aussi diverses que chinoise, islamique ou maya pour laquelle, sous la représentation d'une main ouverte, il est le symbole du dieu Mais, la base de l'alimentation, de la vie.
L'étoile à cinq branches est la figure symbolique qui représente le mieux ce nombre. Très répandue comme symbole, elle se retrouve sur les drapeaux de multiples nations.
La psychanalyse et la tradition Maya se rencontrent ici, ainsi que les traditions orientales, pour faire de Cinq le signe de la vie manifestée. Etant un nombre impair, il exprime non un état mais un acte.

Le quinaire est le nombre de la créature et de l'individualité.

Au nombre 5 l'on peut associer le nombre d'or tant dans son expression algébrique que dans sa réalité géométrique: il apparaît dans les figures d'ordre 5, les pentagones et décagones convexes et étoilés.

Le Six :


Le 6 est le nombre de la Genèse. Ses deux symboles, l'hexagramme et le Sceau de Salomon, rassemblent les éléments et les astres qui gouvernent le Zodiaque.

Contradiction des textes: -
Sur le plan du symbolisme biblique, le chiffre 6 désigne l’imperfection. Trois 6 (666) signifient la trinité imparfaite, c’est-à-dire l’imperfection au sens strict du mot. Ainsi, si l’auteur de l’Apocalypse a attribué à Néron le chiffre 666, ce n’est pas seulement parce que son nom se prête à ce chiffre, mais c’est surtout à cause de sa cruauté.


Le Sept :


Il y a 7 jours dans la semaine, 7 astres qui gouvernent le zodiaque, 7 notes de musique, 7 couleurs de l'arc-en-ciel, 7 systèmes cristallin, 7 péchés capitaux, etc.
Le chiffre 7 représente la perfection. Dans la Bible, lorsqu'un cycle est fini ou quand une chose est terminée, on trouve le chiffre 7
Dans la Genèse 12:2-3 Abraham reçoit une bénédiction qui contient 7 promesses
Dieu accorda 7 promesses au peuple d'Israël. dans Exode 6:6-8
On faisait 7 fêtes pour Jéhovah pendant 7 jours.
Lorsque Balak le roi de Moab tenta de maudire Israël, il bâtit 7 autels et prépara 7 bœufs et 7 béliers pour le sacrifice. C'était le culte païen parfait du dotés de 7 trompettes firent le tour de la ville 7 fois, c'était une victoire parfaite et totale de la foi.
Le Christ a expliqué comment obtenir le pardon complet. Jésus lui dit: Je ne te dis pas jusqu'à sept fois, mais jusqu'à septante fois sept fois. "(Matthieu 18:22).
Dans le temple on avait 7 chandeliers. 7 lettres sont envoyées aux 7 Eglises.
Dans l'Apocalypse, il y a 7 autres lettres pour 7 autres Eglises. Plus loin, on lit que 7 sceaux scellent un livre scellé, et que 7 plaies seront envoyées sur le monde.
Jacob a travaillé 2 fois 7 années pour témoigner de son amour total envers Rachel.
A l'époque de Joseph, le Pharaon a fait un rêve dans lequel il a vu 7 vaches grasses et 7 vaches maigres qui représentaient une période complète de famine.
Le nombre total des membres de la famille de Jacob au moment où ils arrivèrent en Egypte étaient de 70.
Le jour du sacre de Jérusalem par les Romains été en 70 ap. J.C.

Le Huit:


Symbole de l'infini et de l'éternité, le 8 est aussi une représentation des énergies terrestres et célestes, qui circulent de bas en haut et de haut en bas et se régénèrent.
Dans la bible, le chiffre 8 représente clairement un commencement, ou un nouveau cycle. La circoncision se pratique le 8ème jour et représentait l'alliance avec le Seigneur. Nous baptisons les enfants quand ils ont 8 ans. Le chiffre 8 est composé de 7+1. 7 symbolise ce qui est complet. Le 1 représente un commencement. Lorsque Dieu a détruit toute chair sur la terre, Il a épargné 8 âmes pour repeupler le monde. Le huitième jour fut le commencement d'une nouvelle vie pour les lépreux qui furent présentés au Seigneur. Jésus ressuscita le 8ème jour. Comme Thomas était absent la première fois, Jésus vint une seconde fois le huitième jour. Ces deux visitations à ses apôtres symbolisent le témoignage de la résurrection du Christ.
Les 8 trigrammes sont en relation avec les 8 directions de l'équivalent de notre rose des vents.
En Chine, le lotus aux 8 pétales symbolise les 8 sentiers à suivre pour trouver la Voix selon Bouddha.


Le Neuf :


Le 9 ou l'ennéade va vous aider à comprendre comment la boucle des nombres est bouclée, annonçant ainsi quelque chose de neuf qui se produira avec 10.
Il faut neuf mois de conception pour qu'un enfant vienne au monde, qui naisse un être neuf, en quelque sorte.
Tout le principe en arithmomancie ou divination par les nombres repose sur les vibrations des 9 premiers nombres.
Dans la bible, le chiffre 9 représente la plénitude spirituelle. Sarah avait 90 ans et Abraham 99 lorsque le Seigneur accomplit sa promesse envers eux. Il y a 9 dons de l'Esprit la parole de sagesse, à un autre la connaissance par le même Esprit ; à un autre la foi par le même Esprit ; à un autre les dons de guérison par le même Esprit ; à un autre d'accomplir des miracles ; à un autre le don de prophétie ; à un autre de discerner les esprits ; à un autre divers sortes de langues ; à un autre l'interprétation des langues " (1 Corinthiens 12 :8-10). Dans Galates 5 :22-23 on trouve 9 fruits de l'Esprit : " Mais le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance; 23 la loi n'est pas contre ces choses. " Ces deux exemples représentent la plénitude des bénédictions spirituelles.


Le Dix:


Dans la bible, le chiffre 10 se rapporte à la Perfection dans l'ordre divin. Il y a eu dix commandements. La loi de la dîme est basée sur le chiffre dix et montre l'ordre divin dans la façon dont Dieu traite ses affaires avec l'homme. Dix plaies se sont abattues sur l'Egypte pour libérer le peuple d'Israël. Jésus a délivré dix paraboles, et a parlé des 10 vierges. Dans Luc 15 :8, Jésus utilise la parabole des 10 deniers et montre que même lorsque le propriétaire en perd un, il essaie de le retrouver

Le Douze :


Le 12 fut sans doute une unité de mesure parfaite de l'espace et du temps, aux yeux des hommes de l'Antiquité. C'est en tout cas le nombre des signes du Zodiaque et celui du système duodécimal.
La mesure du temps, 2 fois 12heures du jour et de la nuit, 12 mois pour couvrir une période d'une année.
Dans la bible, le nombre 12 est constitué de 1 et 2, ce qui équivaut au nombre parfait 3. Le chiffre 1 symbolise la tête, le chef, le premier ou la source. Le chiffre 2 représente un témoin. Donc le nombre 12 représente la source principale de la loi parfaite de Dieu. Dans l'Apocalypse, Jean décrit la Jérusalem céleste entourée d'un mur dont les fondations sont faites de 12 pierres précieuses.
Dans l'ancien et le nouveau testament, Il y a aussi les 12 tribus d'Israël, les 12 gemmes oraculaires, les 12 apôtres de Jésus, les 12 portes de la nouvelle Jérusalem (Apocalypse de Jean)
Partout le 12 fut le nombre des cycles parfais, immuables, de la nature et de la vie. Jusqu'au cycle des renaissances, révélant les grandes causes de la réincarnation d'une même âme, qui sont au nombre de 12 selon l'hindouisme.


Le Treize:


Le chiffre 13 est maléfique pour les uns et bénéfique pour les autres... Surtout lorsque, d'une manière cyclique et selon un processus mathématique d'une grande logique, le cinquième jour d'une semaine (Vendredi) tombe le 13 du mois, ce qui ce produit 1, 2 jusqu'à 3 fois dans l'année, comme ce fut le cas en 1987, 1998 ( les vendredis, 13 février, le 13 mars et le 13 novembre pour ces années) La réputation de ce jour maléfique (vendredi 13) viens de la "Céne", c'est à dire ou les 12 apôtres autour de Jésus pour partager, avec lui, son dernier repas. Ils étaient 13 et c'était un vendredi. Du même que la superstition de 13 à table porte malheur vient également de ce fait. Toutefois pour d'autres, du fait même que la résurrection de Jésus, attestait sa manifestation divine. Quand bien même le vendredi 13 annonçait sa mort temporelle, elle révélait son immortalité. Dés lors, il ne pouvait s'agir que d'un jour bénéfique.
Toutefois, en remontant dans le temps, on s'aperçoit que les Chaldéens, qui vivaient au rythme d'un calendrier de 12 mois lunaires, ajoutaient un treizième mois lunaire tous les 6 ans. Or, durant ce treizième mois, toutes les activités devaient s'arrêter, car il était considéré comme particulièrement néfaste; et ce 1500 avant Jésus-Christ.


Le Nombre d'Or :


Suivant le rapport 1 + racine carrée de 5 sur 2 soit 1/1,618 dans lequel deux dimensions sont alors entre elles dans la même proportion que la plus grande avec leur somme. Formule utilisée en architecture (pyramide de Chéops, Parthénon), sculpture, peinture. Dans lequel 1 + 6 = 7, 1 - 8 = 7, 1 + 6 + 1 + 8 = 16 et racine carrée de 16 = 4, chiffre de la matière, 1 - 6 = 5, 1 - 8 = 7 => 5 + 7 = 12.
Souvent désignée comme noyau du nombre d'or, est un nombre irrationnel, incommensurable, et plus qu'un nombre: une fonction. Comme diagonale du rectangle 1:2, il est à la base de la construction classique du nombre d'or (ou plutôt de la proportion dorée, la Divine Proportion ainsi nommée par Fra Luca Paccioli).
Nombre aux propriétés mathématiques uniques (par exemple il se multiplie par lui-même lorsqu'on lui ajoute 1, et qui s'inverse lui même lorsqu'on lui enlève 1), nombre d'harmonie, proportion esthétique et agréable à l'oeil, on le retrouve dans les rythmes de croissance des êtres vivants, l'organisation des branches autour d'un tronc, la répartition des feuilles sur un rameau, etc... La pyramide de Kéops, la seule des 7 merveilles du monde antique encore visible, est une matérialisation grandiose du nombre d'or.
Nombre de perpétuation et d'économie, il est une fréquence cosmique fondamentale sur laquelle est accordée la vie.

Le Quarante:


Dans la bible, le nombre 40 a deux significations. L'un décrit l'achèvement de la maturité, et l'autre est la fin d'une épreuve, d'un test. Pour déterminer la signification du nombre, il faut voir le contexte, cependant, l'une n'est pas exclusive de l'autre. Quelques fois, il est nécessaire d'endurer l'épreuve jusqu'à la fin pour acquérir la pleine maturité. D'après la tradition juive on arrive à maturité à 40 ans. Après le déluge, l'espérance de vie de l'homme était de 120 ans, ce qui fait 3 fois 40, soit la maturité parfaite. Moïse a vécu 120 ans. 40 ans pour arriver à la maturité nécessaire pour quitter les Egyptiens. 40 ans dans le désert pour obtenir la maturité lui permettant de faire sortir le peuple élu de Dieu de captivité. 40 ans dans le désert avec le peuple élu. Il passa 40 jours dans la montagne pour recevoir la Loi de Dieu. A cause de leur infidélité, les Hébreux restèrent dans le désert pendant 40 ans. Alors qu'avant ils étaient restés 400 ans en Egypte. Jésus est né 4000 ans ou 40 siècles après la création de la terre, à ce moment le monde était mûr pour le recevoir.




No man is an island

clock February 15, 2013 10:01 by author 4ben


No man is an island,
Entire of itself.
Each is a piace of the continent,
A part of the main.
If a clod ve washed away by the sea,
Europe is the less.
As well as if a promontory were.
As well as if a manor of thine own
Or of thine friend's were.
Each man's death diminishes me,
For i am involved in mankind.
Therefore,send not to know
for Whom the bell tolls,
It tolls for thee.